Les monuments
Villemagne l’Argentière,

Au cœur de la vallée de la Mare, doit son nom à la présence de filons argentifères qui émaillent le petit plateau dominant le village du coté ouest (à gauche de la route lorsque l’on vient d’Hérépian).
Exploités déjà au début de notre ère, ils ont assuré au moins du XIIe au XIVe siècle la richesse de l’abbaye de Villemagne, qui se lit encore dans les monuments de Villemagne.

Depuis la passerelle métallique qui enjambe la Mare, le point de vue sur le village permet entre autre de comprendre quel fut un des soucis permanents de la population au cours des siècles : se protéger des inondations. Un rempart ou digue construit au XVIIIe siècle avec des pierres d’un quartier emporté par la rivière préserve l’agglomération des crues. 

Les habitants de Villemagne s'apellent Villemagnais, Villemagnaise.

  • Eglise St Martin-St Majan
    03/11/2014
    Eglise St Martin-St Majan

    Actuellement église paroissiale, ancienne abbatiale
    Il n’en reste que le chœur, deux travées de la nef et le clocher, datable du XIVe siècle, ensemble fermé par un mur construit au XVIIIe siècle, ce qui explique les arrachements et le mode de construction différent de la façade. L’Eglise est gothique, mais dans une formule propre au Midi : une large nef unique, sans bas-côté et de profond contreforts entre lesquels ont été aménagées
    de petites chapelles qui rayonnent autour du chœur. Mobilier : reliques de St Majan (volées à Lombez, dit la légende, par deux moines de Villemagne, au XIe siècle) ;
    chapiteaux du Haut Moyen Age déposés près de l’entrée, tables d’autel médiévales…Remarquer à l’extérieur du chœur les éléments défensifs : mâchicoulis sur arcs entre les contreforts et baies murées (vestiges des combats de la Guerre de Cent ans et des guerres de religions)

  • Eglise St Grégoire
    03/11/2014
    Eglise St Grégoire

    Ancienne église paroissiale aujourd’hui dépôt archéologique et lieu d’exposition
    Cette ancienne église paroissiale des XIIe et XIIIe siècle a été désaffectée à la révolution, ruinée puis restaurée au XIXe siècle. La construction, très soignée, est de style roman tardif, avec un portail surmonté d’une inscription de 1192, encadrée par les symboles des quatre évangélistes et de l’agneau pascal. La fenêtre haute de façade gothique est une reprise. L’intérieur est composé d’une nef romane, de chapiteaux ornés et de chapelles latérales datées du XVIe

  • Hôtel des Monnaies
    03/11/2014
    Hôtel des Monnaies

    Les archives rapportent qu’il existait une monéterie sur le territoire de l’abbaye, mais elle ne paraît pas avoir été située dans le village. Le surnom de cette belle maison en a perpétué le souvenir. Datable du XIIIe siècle par la facture des chapiteaux, il semble que son rez-de-chaussée ait contenu boutiques et entrepôts et que son premier étage ait été réservé à l’habitation. A voir aussi les vestiges d’un portail antérieur orné de médaillons et les maisons renaissance aux fenêtres à meneaux.
    Une partie de l'Hôtel des monnaies est désormais la nouvelle mairie.

  • Tour du Monastère dite Tour de Mirande
    03/11/2014
    Tour du Monastère dite Tour de Mirande

    Important vestige de l’ancien monastère, elle se dresse sur la place du presbytère, derrière l’ancienne abbatiale. Construction soignée du XIIe siècle qui servait à la fois de tour de fortification, de guet et de clocher. A l’avant-dernier étage, on remarquera, bien qu’elles aient été colmatées,
    des baies aux arcs outrepassés (en forme de trous de serrure) qui ajoutent à l’originalité de cette tour.

  • Porte fortifiée
    03/11/2014
    Porte fortifiée

    Une enceinte de remparts et de portes fortifiées entourait Villemagne dès le début du XIIIe siècle. L’entrée sud du village est encore constituée par une haute porte appelée La Barbacane qui appartenait à la muraille ceinturant l’agglomération, dont on devine encore quelques éléments au nord du village, au long de la promenade des platanes et du quartier neuf qui s’est allongé de ce coté aux XIVe et XXe siècle.

  • Abbaye
    03/11/2014
    Abbaye

    Toutes les maisons situées autour de la place de l’abbaye et jusqu’à la rue du couvent faisaient partie du monastère dans sa forme reconstituée par les moines aux XVIIe et XVIIIe siècles.
    Cette appartenance commune apparaît en particulier à l’extérieur par une corniche de pierre entre les étages, et par l’ancienne forme des fenêtres, hautes et arrondies.
    Les autres vestiges sont des propriétés privées tel que les galeries du cloître ou le réfectoire et les plus bas ont été abîmés ou enfouis à la suite des apports successifs d’alluvions et de graviers par la rivière, qui ont élevé le sol.

  • Vestige de St Martin le Vieux
    03/11/2014
    Vestige de St Martin le Vieux

    Sur la colline, la chapelle wisigothique de Saint-Martin le Vieux s’implante probablement sur les fondations même d’un édifice d’époque gallo-romaine. Le chemin de Saint-Martin, d’ailleurs, devait certainement
    être pratiqué à l’époque antique et permettait notamment de desservir les premières exploitations minières du Pradal et de « Capmal ». Ruinée au XIIe siècle, elle est restaurée rapidement et sert d’église paroissiale pour les habitants du Pradal, de la Sesquière, Taussac, la Blaquière, les Bourdelles et peut-être l’Horte et la Bilière. Vers le XVe siècle, un four à cloche est aménagé. A l’est de l’édifice ou même à l’intérieur de celui-ci, des tombes wisigothiques et médiévales sont mises à jour justifiant la présence en cet endroit d’un cimetière remontant à une haute époque. En 1636, on apprend que l’édifice est bien dégradé. Cependant, cette chapelle sera restaurée et réaménagée à partir de 1641 pour être malgré tout abandonnée définitivement un peu avant 1690. Aujourd’hui Saint Martin le Vieux n’est qu’une ruine qui n’est même plus mentionnée sur le cadastre

  • Le Pont du Diable sur la Mare
    03/11/2014
    Le Pont du Diable sur la Mare

    A 1 Km de Villemagne, sur la route de Saint Gervais sur Mare
    Ce pont du XVIIIe siècle, construit pour permettre aux chars d’alimenter plus facilement en charbon de Graissessac la verrerie d’Hérépian, présente la singularité d’être construit en pente, du fait de la différence de niveaux entre les deux rives de la Mare. Il porte néanmoins un profil en dos d’âne reposant sur deux arches.

  • Four à pain à La Gure
    03/11/2014
    Four à pain à La Gure

    D’après les historiens locaux, il aurait été construit par les moines bénédictins de l’abbaye de Villemagne au Moyen age. Il est vrai que sa construction n’est pas ordinaire : le fournil est voûté en ogive, les murs sont bâtis en pierre de taille, la couverture est constituée de lauzes calcaire de 5 cm d’épaisseur et la cheminée posée sur encorbellement est monumentale. Tous ces éléments sont généralement rares dans la
    construction d’un four dit « banal ». De plus, il s’agit de l’unique exemple sur le territoire du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc de ce type d’architecture pour un four à pain. Avec l'aide de la Fondation du Patrimoine, de la Région, du Conseil Général et du Parc Naturel Régional du Haut Languedoc, la Commune a fait réhabiliter ce four ou nous organisons des cuissons de pain à l'ancienne régulièrement